top of page

Revue de la Coupe du Monde : une approche qualitative et quantitative

La Coupe du Monde 2018 en Russie est terminée, la France est championne. Alors, comment l'ont-ils fait? Dans cette revue, nous allons examiner de plus près les statistiques et voir si elles nous aident à comprendre pourquoi certaines équipes ont réussi alors que d’autres ont échoué. La France était l’équipe la plus constante d’une Coupe du Monde très incohérente et imprévisible. Elle était incohérente car beaucoup de puissances établies, telles que l’Allemagne, l’Espagne, l’Argentine et le Brésil, alternaient entre d’excellentes performances individuelles et d’équipe suivies par d’efforts choquants quelques jours plus tard. C'était imprévisible d'une manière que les équipes de niveau intermédiaire ou les outsiders profitaient de leurs opportunités pour produire des résultats surprenants. La France et la Croatie, les deux finalistes, étaient les meilleures équipes restantes du tournoi et ont montré parfois de quoi ils étaient capables, mais seulement sur de brèves périodes. Dans certains matchs, ils ne l'ont pas montré du tout. Après avoir regardé la plupart des 64 matchs, nous allons essayer de faire une revue de la CdM en incluant des données significatives. Notre analyse statistique est fortement basée sur les soi-disant «Expected Goals» (réduite en xG). Les Expected Goals mesurent principalement la qualité d’une occasion de but. Chaque position sur le terrain a une valeur en pourcentage qui indique à quelle hauteur le taux de réussite moyen d’un tir devrait avoir de cette position-là. Les valeurs sont comprises entre 0 et 1. Un penalty, par exemple a une valeur de 0,76. Cela signifie qu’à 76 pour cent un penalty se termine en but. Si un joueur marque de sa position, sa valeur xG augmente également. Différents facteurs peuvent déterminer la valeur des xG, par exemple si le tir est effectué avec le pied ou la tête, comment la passe qui mène au tir est donnée, le nombre de défenseurs entre le ballon et le but ou si un défenseur peut rendre plus difficile pour l'attaquant de marquer. Note : Comme il existe des approches différentes pour calculer les xG, il peut y avoir des différences subtiles dans les valeurs. Nous analyserons les statistiques de nos six favoris (Argentine, Belgique, Brésil, France, Allemagne, Espagne) avec les deux autres demi-finalistes (Croatie, Angleterre). Le tableau suivant montre 4 chiffres différents: combien de buts ont été marqués, comment ils ont été marqués, combien ont été encaissés et quels étaient les Expected Goals.

La première chose qui est remarquable à cette Coupe du Monde est que les équipes avec la plus grande valeur de possession ont été éliminées du tournoi très tôt : l’Espagne (69 %), l’Allemagne (65,3 %) et l’Argentine (61,1 %).

L’Espagne a eu l’avantage des xG dans les quatre matches mais n’a réussie à remporter qu’une seule victoire. Les Ibères ont été connus comme une machine des passes dont le succès ne reposait pas sur l’offensive, mais sur une bonne défense. En 2010, ils n’ont pas encaissé un seul but lors des éliminatoires et ont remporté tous ces matches avec le score de 1-0. Ils contrôlaient les parties, faisaient peu de fautes défensives et marquaient le but décisif. Un plan qui semblait être à nouveau couronné de succès alors qu’ils menaient 1-0 contre la Russie, mais les hôtes ont réussi à égaliser et ont remporté ce match aux tirs au but. Les xG ont été 2,12-1,01 pour l'Espagne, sans le penalty les xG russe n'auraient été qu'à 0,3. Encore une fois, les Espagnols contrôlaient le match mais commettaient une erreur qu’ils ne pouvaient pas réparer malgré le fait qu’ils avaient établi un nouveau record de passes dans un match d’une CdM : alors que la Russie avait fait 284 passes, les Espagnols en faisaient 1137.

Le vainqueur de la Coupe du Monde de 2014 a quitté le tournoi de manière surprenante après la phase de poules. L'Allemagne avait également une valeur de xG supérieure à celle de ses adversaires à chaque match. Comment l'Allemagne n'a-t-elle marqué que 2 buts alors qu'ils auraient dû marquer "7,34" buts ? La raison est très simple et montre en même temps une faiblesse des xG : aucun tir des Allemands n'a atteint une valeur supérieure à 0,5. Ils ont eu beaucoup mais pas de bonnes occasions. Kroos semblait avoir sauvé l’Allemagne contre la Suède en marquant un superbe coup franc qui n’avait qu’une valeur xG de 0,1. Dans le match contre la Corée du Sud, l’Allemagne a montré une autre mauvaise performance et a été éliminée du tournoi déjà après la phase de poules pour la première fois dans son histoire.

Une équipe difficile à évaluer est l'Argentine. Ils ont essayé de jouer le style Sampaoli avec une onze fortement influencé par Messi. Le résultat était un style de jeu sans identité et une performance d'équipe imprévisible. Néanmoins, ils ont été la seule équipe à avoir mené contre la France. Seulement pour encaisser après trois buts en neuf minutes.

D’ailleurs, la prochaine équipe dans la liste de possession de balle est l'Arabie saoudite de Pizzi (57 %). Oui, ils ont perdu 5-0 contre la Russie mais le score des xG aurait dû être "1,8-0,2".

Le cinquième en possession était le Brésil (56,8 %). Ils avaient les xG les plus élevés par match (2,56) et les plus bas xG encaissés par match (0,71). Comment la meilleure attaque et la meilleure défense de la Coupe du Monde n’a pas pu gagner ce tournoi ? Parce qu'une CdM ne permet aucune erreur. Il n'y a pas un match retour pour corriger un résultat. Dans probablement le meilleur match de la CdM, le Brésil a été surpris par la tactique des Belges en première période, où ils ont marqué deux buts. Néanmoins, ils auraient dû être en mesure de renverser la situation car le résultat des xG était de 2,45-0,5 en faveur des Brésiliens. Les Sud-Américains ont seulement réussi à marquer un but et ont vu la Belgique se qualifier pour les demi-finales.

La Belgique a terminé troisième, atteignant le meilleur résultat de son histoire dans une CdM. Aucune équipe n'a marqué plus de buts que les Belges (16). Le total des xG de 15,8 montre leur efficacité. Non seulement contre le Brésil, ils ont converti leurs chances, la contre-attaque menant au but gagnant contre le Japon résume leur plus grande force : jouer rapidement vers l’avant. Malgré le fait qu’ils ont joué dans une défense en ligne à trois, leur plus grande faiblesse était de se défendre contre les contre-attaques. Contre la France, ils ont été exposés à ces problèmes : ils ont été obligés de contrôler le ballon et n'ont pas pu jouer le contre alors que la France a fait des attaques qui ont mis les Belges en difficulté. Le résultat fut une victoire de 1-0 pour la France après un corner. En fait, cela reflétait les xG (1,91-0,38 pour la France). Avec De Bruyne qui a fait un mauvais match et Lukaku qui a montré pourquoi il n'est pas un attaquant de classe mondiale, Hazard seul ne suffisait pas pour mener la Belgique à la victoire. Une équipe qui manquait de créativité ce soir-là et qui n'avait aucune solution face à l'excellente défense de la France.

Et l’Angleterre ? Complimenté par tout le monde pour avoir terminé quatrième du tournoi, nous devons à nouveau analyser leurs performances. La valeur xG la plus élevée (19,01) et une valeur xG incroyable pour les coups de pieds arrêtés (11,84). Alors que les autres demi-finalistes avaient été très efficaces en ce qui concerne le taux de conversion entre les xG et les buts marqués dans la réalité, l'Angleterre ne peut pas soutenir la comparaison dans cette statistique. Aucune équipe n’a marqué plus de buts par des coups de pieds arrêtés que l’Angleterre (5), mais les xG de cette catégorie montrent qu’elle aurait pu faire mieux. Dans le même temps, nous devons souligner qu’ils n’ont battu que la Tunisie, le Panama et la Suède en 90 minutes. Contre une équipe colombienne sans James Rodriguez, ils ont gagné seulement aux tirs au but (au moins leur première victoire aux tirs au but dans une CdM). L'Angleterre a perdu deux fois contre la Belgique dans des matchs sans signification. Le match contre la Croatie a été perdu en prolongation (xG 1,56-0,56 pour la Croatie).

La plus grande surprise a certainement été la Croatie. Après trois victoires en phase de poules, ils n’ont pas réussi à gagner un seul match dans la phase éliminatoire en 90 minutes. Comme l’Angleterre, ils ont bénéficié du parcours "facile" vers la finale. Contre des adversaires médiocres comme le Danemark et la Russie, ils n’ont gagné qu’aux tirs au but et face à une Angleterre surévaluée, ils se sont qualifiés pour la finale. Une équipe plus forte en phase éliminatoire aurait probablement puni la Croatie pour avoir permis 1,44 xG par match. Néanmoins, la Croatie a montré un bon esprit de combat, car ils étaient menés contre toutes les équipes lors de la phase éliminatoire. Avant la finale, la Croatie avait déjà un gros désavantage : ils n’avaient pas seulement un jour de moins de récupération mais ils avaient également joué 101 minutes de plus que la France.

La France a gagné la finale par le score de 4-2 et est devenue vainqueur de la CdM pour la deuxième fois. Les deux finalistes avaient des caractéristiques en commun. Leur plus grande force était leur physique. Aucune équipe n'a obtenu plus de cartons jaunes que la Croatie (15) et la France (12). Ils étaient tous les  deux assez moyens en termes de création d’occasions mais exceptionnels lors de la conversion des chances. Contrairement à la Croatie, le parcours de la France était beaucoup plus difficile. La France a terminé son groupe avec deux victoires et un match nul et a joué un football très pragmatique tout au long du tournoi. En huitièmes de finale, ils ont battu l’Argentine 4-3 dans un match spectaculaire avant d’affronter l’Uruguay en quart de finale. Les Urus ont eux-mêmes battu le champion d'Europe, le Portugal, avec un score de 2-1 malgré un désavantage des xG (0,98-0,47 pour le Portugal). Cavani a montré sa classe mondiale dans cette Coupe du Monde en marquant deux buts dans ce match. C'est Cavani qui a manqué le match suivant en raison d'une blessure. Le résultat a été une victoire 2-0 pour la France, apparemment leur victoire la plus convaincante durant le tournoi. Ce qui s'est réellement passé, c'est que le score des xG était de 0,95-053 pour l'Uruguay. On ne peut qu'imaginer si Cavani avait joué ce match et que Muslera n'avait pas commis cette grosse erreur comment ce match aurait fini. La demi-finale contre la Belgique était sûrement le match le plus impressionnant de la France, au moins du point de vue défensif. Ils ont à peine permis de bonnes chances et ont été la seule équipe contre laquelle les Diables Rouges ne pouvaient pas marquer. La France méritait également de gagner la finale. Leur taux de conversion de 16,3 % a dépassé toutes les autres équipes de la phase éliminatoire, à l'exception de la Russie et de la Colombie. Les xG encaissés par match de 1,25 ne semblent pas trop impressionnantes, mais la France a encaissé cinq de ses six buts dans les deux matches contre l’Argentine et la Croatie, tout en inscrivant 4 buts en même temps.

Pour conclure, nous pouvons constater que la France n’a pas perdu un match, n’a encaissé aucun but dans quatre matches, avait sans doute la meilleure défense centrale, un milieu de terrain défensivement fort et le jeune joueur le plus prometteur. Ils ont décidé un groupe assez facile très rapidement et ont surmonté tous les rivaux dans la phase éliminatoire sans avoir eu besoin de jouer une prolongation. Le fait que la France n'ait pratiquement jamais été menée était la clé de leur succès, car cela aurait été un gros problème pour eux.

Nous avons vu que les statistiques des xG peuvent clarifier pas mal de choses mais à la fin cela reste un jeu avec trop de variables que nous ne pouvons pas toujours expliquer. Ça reste le beau jeu.

bottom of page