top of page

PPDA ou comment mesurer le pressing

Au fil des ans, il y a toujours eu des entraîneurs qui ont dominé le monde du football en apportant une innovation dans ce sport. Bien sûr, ces entraîneurs ne peuvent pas être réduits à cette seule innovation, mais il y a toujours certaines caractéristiques que la majorité des autres entraîneurs veulent copier, en espérant obtenir le même succès que les entraîneurs qui ont implémenté cette tendance. Mourinho a marqué le jeu de transition, Guardiola la possession de balle et Conte a (re)introduit la défense à trois. En général, les tendances vont et viennent, mais une tendance est à la mode depuis un peu plus d'une décennie maintenant : le pressing. Et le nom qui lui est généralement associé est celui de Jürgen Klopp. Comme toutes les tendances, le pressing n'est certainement pas un concept nouveau et a été utilisé par les équipes de Michels et Cruyff (l'équipe nationale néerlandaise et l'Ajax) ainsi que par l'AC Milan de Sacchi et le Dynamo Kiev de Valeriy Lobanowski. Bien qu'il existe différentes formes de pressing, il semble qu'aujourd'hui chaque équipe joue un certain style de pressing. Malgré le fait que les tendances du football vont et viennent, il y a cette pression mondiale pour suivre la tendance, comme l'a dit l'ancien président du Bayern Munich Uli Hoeneß : « The trend is your friend ». Dans cet article, nous allons présenter une approche permettant de mesurer le pressing et que les équipes peuvent avoir plus de succès en pressant haut. Pourtant, le pressing n'est jamais la seule raison de leur succès. Des équipes telles que Leicester City en 2015/2016 ont également montré que rester stable défensivement et jouer en contre-attaque est toujours une approche raisonnable.


Le football devient de plus en plus scientifique. La plupart des gens ont déjà entendu parler de la métrique des Expected Goals (xG), une métrique liée au fait de marquer des buts. Afin de mesurer le pressing, une approche appelée « Passes Allowed Per Defensive Action » (PPDA) a été la plus utilisée. La formule mathématique de cette approche est la suivante :

PPDA = Nombre de passes effectuées par l'équipe attaquante / Nombre d'actions défensives


Une valeur PPDA plus bas signifie un niveau d'intensité défensive plus élevé, car la défense permet d'effectuer un nombre plus bas de passes à l’adversaire. Les duels, les tacles, les interceptions ou les fautes sont des exemples pour des actions défensives.


Les deux valeurs (passes effectuées et actions défensives) sont calculées dans les 60 % du terrain de l'adversaire.

Ci-dessous tu trouves les trois meilleures équipes des TOP 5 des championnats européens de la saison 2019/20.

On s'attend généralement à ce que les meilleures équipes figurent dans cette liste, et chaque championnat compte au moins une très bonne équipe. Toutefois, il est intéressant de voir qu'il y a aussi des équipes du milieu (inférieur) du classement qui jouent un pressing vraiment intense (c'est-à-dire qu'elles ont une valeur PPDA relativement faible), comme le Francfort, Southampton, Bologne ou Bordeaux. Le fait d'avoir une valeur PPDA basse ne suffit pas pour réussir, car il faut aussi avoir un plan après avoir gagné le ballon. Si on perd le ballon tout de suite, le pressing n'a servi à rien. C'est peut-être la raison pour laquelle ces équipes n'ont pas réussi à la fin de la saison. De plus, ces équipes ne disposent pas de joueurs de qualité qui peuvent facilement convertir de grandes occasions. De manière surprenante, le PSG avait la valeur PPDA globale la plus basse, une équipe qui n'est pas nécessairement connue pour être une équipe de pressing. L'explication pourrait être que le PSG se positionne relativement haut sur le terrain, de sorte qu'ils ont plus de chances de gagner le ballon dans la moitié adverse, même s'ils ne pressent pas de manière agressive. Une autre explication pourrait être que les équipes restent généralement basses et ne prennent aucun risque dans construction du jeu car elles ont peur de la vitesse et de la créativité de Neymar et Mbappé. Néanmoins, une faible valeur PPDA est aussi un signe fort du style de jeu d'un entraîneur. D'une part, il y a des équipes comme le Leverkusen, Leicester, Atalanta, Séville et Marseille qui ont toutes connu de bonnes, voire d'excellentes saisons. D'autre part, les équipes ayant la valeur PPDA la plus élevée de ces championnats n'ont pas été reléguées. Augsburg (PPDA : 15,83), Newcastle (19,00), Udinese (14,50), Valencia (13,27) et Angers (16,40) ont tous réussi à se maintenir le championnat.


Pour conclure, le PPDA est un excellent indicateur pour voir si l'équipe qui défend attaque haut sur le terrain, mais il ne montre pas avec certitude si une équipe exécute également un bon pressing haut. Il y a plus d'une façon de défendre. En soi, ce n'est pas un indicateur fiable pour mesurer le succès d'une équipe mais, combiné à une philosophie de jeu appropriée, il peut expliquer, au moins en partie, pourquoi certaines équipes ont dépassé les attentes générales.


bottom of page