top of page

Pourquoi nous allons kiffer le Maroc à la Coupe du Monde

Après 20 ans, le Maroc participe enfin de nouveau à une Coupe du Monde. On pouvait voir l'ADN marocain surtout dans les équipes nationales de la France, des Pays-Bas ou de la Belgique, où il y a quelques joueurs d'origine marocaine. Cependant, souvent le football imaginatif et plein de fantaisie du sud est limité par la philosophie européenne. Maintenant, comme les Nord-Africains se sont qualifiés de nouveau après 1998, le cœur de chaque spectateur devrait commencer à battre plus vite. Avec Hervé Renard les Lions de l'Atlas ont un entraîneur qui a réalisé des succès impressionnants en Afrique. Pour cela beaucoup lui disent (en plaisantant) qu'il a fait plus pour le continent africain que l'UNICEF. En 2011, il a remporté la Coupe d'Afrique sensationnellement avec la Zambie, en 2015, il a répété ce succès avec la Côte d'Ivoire. Il est le premier entraîneur à avoir gagné le trophée le plus important d'Afrique avec deux équipes nationales différentes. Avec le Maroc, il montre de nouveau de quoi il est capable. Invaincu et sans encaisser de but (!), les Maghrébins ont gagné leur groupe avec la Côte d'Ivoire, le Gabon et le Mali et se sont qualifiés ainsi pour la Coupe du Monde.

Quand on possède des techniciens talentueux, on attend un beau football avec des dribbles insolents, des passes décisives brillantes et des buts magnifiques. Le terme "footballeur de rue" est surtout associé au Brésil. Cependant, la magie brésilienne a disparu depuis longtemps. Les dernières années, la Seleção était plutôt connue pour son style de jeu défensif. Bien sûr, certains Brésiliens ont toujours un grand potentiel technique. Cependant, tout est subordonné au succès. Lors de la Coupe du monde en 1994, les Sud-Américains ont remporté ce titre pour la première fois après 24 ans. Pas beau à voir mais à la fin couronné de succès. Un contre-exemple est le Brésil de 1982. Avec Zico, Socrates et Co, ils ont peut-être joué le plus beau football de tous les temps à la Coupe du Monde en Espagne. Au premier tour, ils ont gagné les trois matches de groupe. Ensuite, le deuxième tour, dans un groupe avec l'Argentine et l’Italie. Le Brésil gagne 3-1 et l'Italie 2-1 contre l'Argentine. Pour la Seleção un match nul face aux Italiens suffit désormais pour atteindre les demi-finales. Au score de 2-2, le Brésil continue à jouer vers l’avant mais l'Italie marque le but décisif et gagne 3-2. Ce jour-là, le système a battu le plaisir de jouer. Pour les romantiques, cette journée a annoncé la fin du football offensif et sauvage. Si on regarde des matchs de foot de nos jours, ils sont caractérisés par la discipline et la tactique. Le Maroc va à peine gagner la Coupe du Monde en Russie. Pourtant les Marocains pourraient certainement tirer quelques leçons des deux exemples différents des Brésiliens. Dans leur groupe se trouvent l'Espagne, le Portugal et l'Iran. Un favori du tournoi, un adversaire difficile et une tâche obligatoire. C'est exactement ainsi que les Marocains devraient procéder dans l’analyse de leurs adversaires.

Dans le premier match, ils doivent battre l'Iran. Le Maroc ne devrait pas trop se perdre dans des dribbles spectaculaires. Au contraire, il doit dominer le jeu avec la possession de la balle. Dans le dernier tiers, des joueurs comme Ziyech, Harit, Belhanda ou Dirar peuvent créer des situations de supériorité numérique décisives, grâce aux dribbles gagnés en 1-vs-1. Une autre puissance offensive peut être contribuée par le défenseur latéral Hakimi. Il sera important de jouer patiemment. Une victoire avec plusieurs buts de différence est probablement aussi nécessaire, plus à ce sujet dans la suite.

Le deuxième match contre le Portugal est crucial pour le Maroc comme les Espagnols peuvent être considérés comme le favori du groupe. Les Portugais se sont sentis plutôt à l'aise au Championnat d'Europe en 2016 lorsque l'adversaire a pris l’initiative. Cela a finalement conduit au grand coup. Cependant, il ne faut pas oublier que, par exemple, dans la phase de poules contre l'Autriche, l'Islande et la Hongrie, ils n'ont que fait trois matchs nuls. Les Marocains devraient également essayer de remporter ce résultat. Pour cela, ils devraient laisser la balle aux Sud-Européens. Le Maroc pourrait alors serrer dans sa propre moitié avec ses milieux de terrain dynamiques et tenter de conclure sur des contre-attaques. Une tactique avec laquelle l'Algérie a failli battre l’Allemagne lors de la Coupe du Monde 2014 si Manuel Neuer n’avait pas montré peut-être la meilleure performance de gardien de tous les temps. Ainsi le Portugal pourrait principalement tirer de la distance ou centrer. Dans la propre surface de réparation il faut compter sur Benatia, fort dans les duels et qui possède également un bon jeu de tête. Si au moins un match nul est possible ici, tout est ouvert dans le dernier match de groupe.

Maintenant les qualités des footballeurs de rue du Maroc peuvent être montrées. Jouer insolemment contre les Espagnols. Avant tout les joueurs offensifs comme Ziyech, Harit, Belhanda et Dirar devraient être mis en place en même temps surtout si un nul est nécessaire pour arriver dans les huitièmes de finales. Il ne serait pas une surprise si les Espagnols contrôlaient les Marocains avec beaucoup de possession en jouant des passes courtes. Avec des dribbleurs offensivement forts l'équipe d’Hervé Renard peut agir contre la possession de la balle et en se relâchant de la pression le Maroc peut peut-être réaliser un coup chanceux. Offensivement les Marocains sont capables de créer des moments de surprise qui peuvent même mettre en difficulté l’excellente défense en ligne à quatre de l'Espagne. Certes, il sera difficile d'obtenir un point dans ce jeu. Mais si les Maghrébins jouent sans respect, une sensation est possible. S’ils gardent une tête froide dans les jeux précédents ils peuvent même se qualifier pour les derniers 16 avant ce match. Conclusion : Le Maroc possède avec Hervé Renard un entraîneur qui a prouvé qu'il a réussi avec des équipes nationales. Son travail sera de libérer les footballeurs de rue du corset tactique dans les moments décisifs. Ceux-ci peuvent faire la différence. Les fans de football à travers le monde prendraient une telle équipe en amitié. Dans un temps d’intensification tactique un retour des footballeurs de rue serait une belle histoire qui ne devrait pas forcément être fini après la phase de poules... #whatif

bottom of page