top of page

Pourquoi les Wolves peuvent devenir la surprise de la Premier League

2009 : la ville de Wolverhampton se retrouve dans la liste des villes les plus moches du monde et finit sur le cinquième rang. Huit années plus tard il y a une raison pour visiter cette ville située dans les Midlands : le foot. Les Wolverhampton Wanderers, appelés les Wolves, commencent leur saison 2017/18 avec leur nouveau entraineur, Nuno Espírito Santo. Dans la Championship, la deuxième ligue anglaise, le Portugais a dominé : premier dans la ligue (99 points), l’équipe avec le plus de victoires (30), le moins de défaites (7), la meilleure attaque (82 buts marqués) et la meilleure défense (39 buts encaissés). Une évolution impressionnante comme les Wolves les trois saisons précédentes finissaient sur la 7ème, la 14ème et la 15ème position. Si dans la Premier League on y trouve toujours des équipes jouant le style de « Kick and rush » (ou plutôt « Hit and hope »), la majorité des équipes dans la Championship se caractérisent par ce style. Cela n’est pas le cas pour Nuno. Il est un entraîneur qui choisit toujours le meilleur système pour son équipe. Ainsi il jouait surtout en 4-2-3-1 ou en 4-3-3 avec le Rio Ave (1,41 points par match), avec le Valencia (1,81) souvent en 4-3-3 et avec le Porto (1,96) il s’est décidé souvent pour le 4-4-2 avec deux milieux défensifs. Ces derniers étaient clés pour laisser jouer ses Wolves (2,1) dans un 3-4-3 qui était un 5-4-1 défensivement. Rúben Neves, le milieu de terrain défensif est le moteur de l’équipe et a été transféré la saison dernière pour 18 millions d’Euros du Porto. Aucun joueur de terrain dans la Championship n’a fait plus que les 8,6 passes longues réussies par match que Neves. Un joueur qui, s’il était nominé, avec son style de jeu, pourrait aussi avoir aidé le Portugal qui a manqué de la créativité durant la Coupe du monde.  Même s’il vient de prolonger son contrat, il pourrait bientôt jouer dans un grand club. Le Portugais et deux autres milieux de terrain défensifs, Romain Saïss et Conor Coady, soulignent la qualité du jeu des Wolves. Pour toutes les autres équipes de la Championship c’était le gardien qui a exécuté le plus de passes longues réussies. Seul le Wolverhampton avait ces trois joueurs mentionnés qui ont surpassés leur gardien dans cette catégorie. Ce sont également les milieux de terrain centraux qui marquent le jeu des Wolves : changer rapidement le jeu de l’un côté à l’autre, faire des passes diagonales pour attaquer avec la largeur ou chercher la profondeur pour contrer. Le Wolverhampton est une équipe qui sait garder le ballon et qui exécute, surtout dans leur propre moitié, un pressing agressif. Les défenseurs centraux, techniquement forts, aident à construire et diriger le jeu. Il y a quelques similitudes avec l'équipe de Blackpool qui s'est rendue en Premier League en 2010/2011 et a terminé l'année 2010 sur la 8ème position. Leur jeu était également basé sur le football rapide et un milieu de terrain qui savait bien diriger le jeu (Charlie Adam). Cependant, les équipes ont compris que la fermeture d'Adam détruirait complètement leur jeu, la raison pour laquelle Blackpool a malheureusement été relégué de nouveau à la fin de cette saison. En ce qui concerne les finances les Wolves semblent investir leur argent, fourni depuis 2016 par l’entreprise chinoise Fosun International, dans des transferts intelligents. Ainsi ils ont acquis les internationaux portugais Rui Patricio et João Moutinho. Pendant que d’autres clubs anglais achètent des joueurs médiocres pour des sommes trop élevées, le transfert le plus cher des Wolves (Adama Traoré pour 20 millions d’Euro, formé au Barca) n’a coûté peu en comparaison. Le club des Midlands ne prend pas trop de risque et se sert des contacts de Nuno au Portugal et en Espagne. Déjà la saison précédente ils ont prêté des joueurs pour les acheter la saison suivante. Ainsi ils l’ont fait avec Diogo Jota (de l’Atlético Madrid), Willy Boly (Porto), Leo Bonatini (Al-Hilal) ou Rúben Vinagre (Monaco) et le font cette saison avec Jonny Castro (Atlético Madrid), Raúl Jiménez (Benfica) ou Leander Dendoncker (Anderlecht). Malgré le fait que le Wolverhampton n’est que 18ème dans la liste de la valeur marchande moyenne, il est difficile d’imaginer que cette équipe n’arrive pas à se maintenir en Premier League. L’équipe peut poser des problèmes, même aux plus grands clubs. Evidemment il sera difficile pour eux de se qualifier pour une compétition européenne mais ils devraient au moins finir dans le milieu du tableau. S’il y a des jours où les Big Six en Angleterre ne jouent pas, il n’y a aucun problème : regarder les Wolves vaut la peine. Promis. #whatif

bottom of page