top of page

Notre équipe de la saison 2018/19 - Atalanta Bergame

La 32ème journée de la Serie A a terminé avec un des résultats les plus absurdes de ces dernières années. L’Atalanta a fait match nul (0-0) contre l’Empoli après 47 tirs dont 18 cadrés, remettant complètement en question les modèles d’Expected Goals et établissant quelques records. Depuis qu’Opta a commencé à collecter des données en 2004/05, aucune équipe n’a atteint une valeur de 47 tirs par match en Serie A; les 17 arrêts sauvés par le gardien de l’Empoli, Bartlomiej Dragowski, représentent également un record. Les states xG à la fin du match étaient de 5,7 à 0,3. Il faut remonter jusqu'en novembre 2006 pour trouver une autre équipe avec 18 tirs au but. C’était la partie entre l’AS Rome et la Catane. Elle s'est terminée avec le score de 7-0.

Ce n'est pas facile de choisir l'équipe de la saison. L'Ajax, champion des Pays-Bas, et la surprise allemande d’Europa League, Francfort, ont réalisé de belles performances en Europe. Le Valence et le Stade Rennais se sont également bien présentés en Europe et ont remporté les Coupes nationales dans leurs pays respectifs. Alors pourquoi avons-nous choisi une équipe qui n'a même pas joué en Europe ou gagné un titre cette saison? Car c'est déjà la troisième saison consécutive que l’Atalanta est vraiment convaincant. Ils se sont qualifiés pour la finale de la Coppa Italia mais ont perdu contre la Lazio. En trois matches cette saison, la Juventus n'a pas pu les battre. Depuis que Gian Piero Gasperini est entraineur du Bergame en 2016, ils ont terminé 4ème (72 points) et 7ème (60 points) et cette saison, ils se sont finalement qualifiés pour la Ligue des Champions en terminant 3ème (69 points). Quelle belle réussite pour un si petit club. Au début de cette saison, leur masse salariale était seulement la 14ème plus importante (Gazzetta dello Sport) de la Serie A. Concernant la valeur marchande, ils sont classés au 8ème rang en Italie, mais au 48ème en Europe. Il ne reste qu’admirer Gasperini pour la façon dont il tire le meilleur de son équipe. Ce n’est pas une surprise que Mourinho, durant son séjour à l'Inter, l'appelait son plus grand rival tactique lorsque Gasperini entraînait le CFC Gênes.

L’Atalanta est devenu sans aucun doute l'une des équipes les plus spectaculaires d'Europe. Ils ont la meilleure attaque de la Serie A avec 77 buts inscrits en 38 matchs. Aucune équipe de la Serie A n'a produit plus de passes réussies dans le dernier tiers du terrain adverse par match (160,7). L'entraîneur Gasperini utilise principalement une formation en 3-4-1-2. Leur possession de balle de 57,1 % cette saison n’est pas simplement une bonne statistique, mais sert à une cause supérieure, à la philosophie du football de Gasperini. Ils dominent leurs adversaires en créant des losanges et des triangles pour former des angles de passe idéals, et pour effectuer un contre-pressing et récupérer rapidement le ballon dans des positions très hautes. Leur pressing est essentiellement orientés sur l'homme. L’Atalanta réagit immédiatement aux déclencheurs de pressing, p. ex. quand un joueur reçoit le ballon avec le dos face à son propre but, près de la ligne de touche, ou quand ils voient une passe négligée ou en arrière. Chaque fois que possible, la construction du jeu commence par la défense. Leur défense en ligne à trois leur permet de créer souvent une supériorité numérique par rapport à la première ligne de pressing de l’adversaire. De plus, en ajoutant de la largeur sur le terrain, la structure de pressing devient plus large ce qui force l’adversaire à couvrir une surface très vaste sur le terrain. Cela donne souvent aux défenseurs centraux extérieurs beaucoup d’espace pour dribbler vers l’avant. Un rôle important dans le système de Gasperini est celui des défenseurs latéraux. L'athlétisme et l'énergie de Timothy Castagne, Hans Hateboer et Robin Gosens sont des éléments essentiels de leur puissance offensive. Ils constituent une menace énorme car ils sont confortables avec la balle, des dribbleurs et des passeurs solides, et excellents pour les tirs croisés et les passes en retraits dans la surface. Les milieux de terrain centraux Remo Freuler et Marten de Roon sont pleins de persévérance et de détermination, mais savent également comment distribuer le ballon. Ensemble, ils fournissent un équilibre essentiel, un aspect physique et une motivation à attaquer. Les deux joueurs sont des milieux relayeurs très polyvalents qui font également des courses dans la surface adverse, difficile à gérer pour l’opposition. La part la plus attirante de l’Atalanta est le trio d’attaque, composé d’Alejandro «Papu» Gomez (7 buts / 12 passes décisives), de Josip Ilicic (12/7) et de Duvan Zapata (23/7). Gomez et Ilicic apportent de la créativité, de l’art et de l’imagination à l’équipe de Gasperini. Gomez se laisse souvent tomber plus vers l’arrière et joue comme un faux 9, reliant le milieu de terrain et l’attaque. Gomez et Ilicic sont très doués pour exploiter l'espace. Qu'il s'agisse d'ouvertures entre les lignes, les demi-espaces, derrière la ligne de fond ou au milieu de terrain central, ils se proposent dans des positions excellentes pour recevoir la passe. Ils semblent également profiter de la liberté pour se déplacer sur le terrain que leur entraîneur leur accorde. Gasperini a montré qu’il est capable de tirer le meilleur des jeunes talents et de joueurs plus âgés qui n'avaient jamais totalement exploité leur potentiel ailleurs. Ilicic, 31 ans, a joué le meilleur football de sa carrière au cours des deux dernières saisons. De plus, Gasperini a vu quelque chose en Zapata qu’aucun entraîneur précédent n’avait vu : malgré sa taille et sa force physique, il pourrait être plus efficace en courant vers le but que de jouer en tant qu’attaquant qui reçoit la balle dans la surface de ses coéquipiers. Zapata est l'exemple parfait de l'avant-centre moderne : fort avec la tête, un jeu solide de combinaison et des courses puissantes pour étendre la ligne défensive de l'adversaire afin de créer de l'espace pour ses collègues. Si l’Atalanta a besoin d’une solution lorsqu’ils sont sous pression, ses qualités d’attaquant de pointe sont essentielles pour permettre au reste de l’équipe de se récupérer et d’avancer.

Dans une époque où l’écart entre les meilleurs clubs et le reste devient de plus en plus grand, on ne peut qu’être content du développement de l’Atalanta. Aucune équipe en Serie A n'a joué aussi courageux cette saison : en exerçant un pressing constant et en attaquant en équipe, même si cela impliquait un risque. Nous sommes très heureux de les pouvoir regarder sur la scène internationale.

L’Atalanta, ci vediamo in Champions League!

bottom of page