top of page

Kai Havertz – L’enfant prodige

Ces dernières années, l'Allemagne avait deux numéros 10 dominants, qui n'étaient pas des 10 classiques. Mesut Özil a disputé 92 matches avec l'Allemagne, où il a contribué 40 passes décisives et marqué 23 buts. On se souviendra de lui comme d'un joueur élégant qui flottait sans effort sur le terrain et qui semblait avoir une solution pour chaque situation. La plupart des Allemands se souvient aussi encore des performances étonnantes de Michael Ballack en équipe nationale, en particulier lors de la Coupe du Monde 2002 où il a mené l'équipe à la finale, qu'il n’a malheureusement pas disputé parce qu’il était suspendu. Pour l'Allemagne, Ballack a marqué 42 buts en 98 matches. Il est le 8ème meilleur buteur de l'Allemagne, ce qui est étonnant pour un milieu de terrain. Son ratio de 0,43 but par match le classe même plus haut que certains attaquants comme Podolski (0,37) et juste derrière des attaquants légendaires comme Klinsmann (0,44). Au cours de la saison 2001/2002, Ballack a marqué 17 buts en Bundesliga, le classant deuxième juste derrière Martin Max et Mario Amoroso (18 buts chacun). Depuis cette saison, il n'y a pas eu un seul milieu de terrain qui a marqué autant de buts en Bundesliga. Jusqu'à cette saison. Kai Havertz a marqué autant de buts que Ballack cette saison-là. En tant que milieu de terrain. A l'âge de 19 ans.  Le plus grand atout de Havertz est probablement sa capacité technique sur la balle. Sa maîtrise du ballon et son premier contact sont remarquables. Il est également un excellent finisseur avec les deux pieds et une menace aérienne sérieuse en raison de sa taille. Ses talents de passeur lui permettent de jouer à la fois des balles dans le dos de la défense ou des passes dangereuses coupant la  défense adverse. Il excelle aussi sans ballon. Sa vision est exceptionnelle. Havertz sait bien s'orienter tout le temps sur le terrain en vérifiant avec des regards sur l’épaule ce qui se passe autour de lui. Il se sert de cette conscience de l'espace pour se sortir du pressing ou pour créer des occasions avec une bonne maitrise du jeu de combinaison. En Bundesliga, ses déplacements entre les lignes pour trouver de l'espace et créer de la supériorité numérique sont déjà inégalés. Combiné avec ses courses derrière la défense, il y résulte un ensemble de capacités qui est absolument unique. Et ses faiblesses ? Les gens pourraient penser qu'il est peut-être trop lent en raison de sa façon élégante de bouger et de dribbler sans effort. Mais cela n'est pas vrai. Selon son club, le Bayer Leverkusen, il a été le joueur le plus rapide de la saison 2018/2019 avec une vitesse maximale de 35,02 km/h. Un joueur avec les capacités de Havertz a souvent tendance à être un handicap dans le jeu contre le ballon (voir Özil). Encore une fois, ce n'est pas vrai pour Havertz. Parfois, il a même été aligné dans le milieu de terrain défensif et a très bien travaillé contre le ballon. Havertz's a joué un peu partout, sauf dans la défense. Sa meilleure position est probablement celle de numéro 10 dans un 4-2-3-1 où il est le plus à même de démontrer ses capacités offensives. Cependant, dans le 4-1-4-1 de Peter Bosz, il joue comme un des deux numéros 8 avec Julian Brandt. Dans cette position, il est vraiment très utile à son équipe, mais il ne peut pas briller autant individuellement. Il sera intéressant de voir ce qu'il fera dans l’avenir proche. En tout cas, il est probable que Havertz sera bientôt le visage du football allemand. #whatif

bottom of page