top of page

Comment le football a changé

Avant la domination de l'Espagne et du FC Barcelone aux alentours de 2008, le jeu de nombreuses équipes consistait à centrer le ballon dans la surface de réparation pour marquer des buts de la tête. Le Bayern avait un excellent centreur avec Willy Sagnol, et Michael Ballack, Miroslav Klose et Luca Toni avaient un jeu de tête remarquable. Au Manchester United, David Beckham a centré pour Andy Cole, Dwight Yorke ou Ole Gunnar Solskjær. Au Real Madrid, les arrières latéraux Michel Salgado et Roberto Carlos ont constamment cherché Fernando Morientes - l'un des joueurs les plus doué avec la tête. Morientes a remporté la Ligue des Champions avec le Real Madrid en 1997/1998, 1999/2000 et 2001/2002. Au cours de la saison 2003/2004, il a été prêté par le Real Madrid à l'AS Monaco après la signature de Ronaldo l'année précédente. Il y a été le meilleur buteur avec neuf buts, dont deux en quart de finale contre le Real Madrid. Les deux arrières latéraux de Monaco - Patrice Evra et Hugo Ibarra - étaient d'excellents centreurs, tandis que le milieu gauche Jérôme Rothen était sans doute l'un des meilleurs centreurs de son époque. Les moments forts de cet affrontement montrent à quel point le football était basé sur les centres à l'époque. Avec le début de la domination espagnole, il était de plus en plus important de trouver des espaces, de briser l'opposition avec des passes verticales et de garder la possession du ballon plutôt que de de faire des centres. Le tir au centre en tant qu'outil tactique est soudain complètement dépassée, alors que les années précédentes, il était un style très prometteur pour marquer des buts. Vers 2012, presque toutes les équipes essayaient de copier le jeu de passes courtes espagnol, même si les joueurs n'avaient souvent pas la formation nécessaire pour le faire. Il semblait presque que jouer « de manière belle » était plus important que de jouer avec succès. Et jouer « de manière belle » à l'époque ne signifiait pas centrer le ballon ou jouer rapidement en avant, mais plutôt faire la passe mortelle après de longues périodes de possession, qui menait ensuite au but. Tout comme le FC Barcelone à son apogée sous la direction de Guardiola. Au cours de la saison 2010/2011, ils avaient 76,5 % de possession, les centres ne faisaient pas du tout partie du répertoire de l'équipe de Guardiola. Et le Barcelone était sans doute l'une des meilleures équipes de tous les temps à cette époque. Mais toute tendance entraîne inévitablement une contre-tendance. De nombreuses équipes ont garé le bus contre des équipes avec un bon jeu de possession, ce qui leur a ensuite rendu presque impossible de passer devant le but adverse par leur jeu de combinaison.


Le FC Barcelone a remporté une nouvelle fois la Ligue des Champions en 2015, mais avec une approche complètement différente : il s'est appuyé principalement sur la qualité individuelle de Neymar, Luis Suárez et Lionel Messi, au milieu de terrain la force physique de Rakitić avait remplacé Xavi, Iniesta et Busquets étaient toujours dans l’onze premier. Entre 2014 et 2018, le jeu de possession a été remplacé de plus en plus par le jeu de transition. L'Espagne a échoué au tour préliminaire de la Coupe du Monde 2014, alors qu'elle était l'un des favoris du tournoi et qu'elle était championne du monde en titre, tandis que la même chose est arrivée à l'Allemagne en 2018. Tous deux jouaient un football très orienté vers la possession de balle. En 2014, l'Allemagne est devenue championne du monde. La force de l'équipe allemande était le pressing organisée (il suffit de se souvenir des nombreuses fois ou elle a gagné des balles dans la victoire 7-1 contre le Brésil) et les coups de pied arrêté, le style de jeu était relativement équilibré. Le but final de Mario Götze est venu d'un centre. En 2018, l'Allemagne ne jouait que sur la possession, sans vraiment créer du danger. Les champions du monde sont devenus la France, avec une bonne défense, un jeu de transition et une bonne qualité individuelle. Le Real Madrid a remporté la Ligue des Champions à quatre reprises entre 2014 et 2018, en tirant le meilleur des tendances ci-dessus grâce à sa qualité individuelle supérieure. Puis Jürgen Klopp a lancé une nouvelle tendance avec le Liverpool FC qui se poursuit encore aujourd'hui : Le football de possession de balle est de retour, mais le ballon est maintenant centré vers la surface de réparation. Klopp a ainsi remporté la Ligue des Champions 2019 avec le Liverpool grâce notamment à deux arrières latéraux, Andrew Robertson et Trent Alexander-Arnold. Robertson a donné 13 passes décisives en 48 matches, tandis qu'Alexander Arnold en a même fait 16 en 40 matches. Le Bayern a remporté la Ligue des Champions l'année suivante avec une approche similaire en attaque.

Les centres sont de retour !





bottom of page